Dans toutes les grandes villes du Maroc, que ce soit à Casablanca ou encore Marrakech et Rabat, il n’est pas rare de voir d’anciennes bâtisses, des maisons autrefois magnifiques qui sont tombées en ruines et qui sont laissées à l’abandon depuis plusieurs décennies déjà. Certaines personnes pensent qu’elles sont le résultat d’héritages qui n’ont pas réglés, que les héritiers ne sont pas d’accord mais dans certains cas ces maisons ont été abandonnées par les propriétaires. Un petit point sur ces maisons abandonnées dont tout le monde parle.

Pourquoi ces biens immobiliers ont-ils étaient abandonnés ?

Ces biens immobiliers que ce soit des maisons, des terrains ou même des appartements ont été abandonnés par des étrangers juste avant l’indépendance du pays au milieu des années 1950.

Les étrangers étaient très nombreux à vivre au Maroc et exercer une activité professionnelle sous le régime du protectorat. Un peu avant que le pays ne soit libéré et sans doute par peur des représailles, beaucoup d’étrangers ont décidé de fuir le Maroc en laissant leurs biens immobiliers derrière eux. Ils ont laissé une partie de leur vie et de leurs biens à Casablanca pour retourner dans leur patrie d’origine.

La plupart de ces biens sont la propriété de ressortissants étrangers de nationalité française, espagnole et italienne. Ces trois nations avaient des liens étroits avec le Maroc durant le protectorat. Les relations entre les différents pays sont toujours au beau fixe mais personne n’est venu réclamé ces biens.

Que faire de ses biens immobiliers abandonnés à Casablanca ?

L’Agence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie de Casablanca a décidé de répertorier tous ces biens immobiliers à l’abandon, qui appartiennent à des étrangers et qui sont fermés depuis plusieurs décennies. Il y a en a près de 11 000 rien que dans la ville de Casablanca et sans doute beaucoup plus dans le reste du Maroc et notamment dans les grandes villes.

L’agence de la ville a décidé de les répertorier pour éviter la spoliation de ces propriétés qui appartiennent à des étrangers. Il faut dire que toutes ces propriétés attisent l’appétit des mafias locales qui souhaitent s’en emparer et qui font tout pour falsifier les titres de propriétés et tous les papiers légaux de ces propriétés notamment celles qui sont les plus prisées dans le centre de Casablanca ou dans des quartiers réputés.

Ces propriétés appartiennent à des personnes dont les actes de naissance sont assez anciens, pour certains on ne connaît même pas leur état civil. Il est possible que certaines personnes soient décédées depuis mais les biens appartiennent à leurs héritiers. Les dossiers sont restés dans les cartons de l’agence depuis des années sans que personne ne prenne le problème à bras le corps et n’y mette son nez dedans. Pour le moment, personne n’est venu réclamer ces biens, aucun héritier ou propriétaire ne s’est manifesté mais dans les années à venir il est possible que des personnes viennent les réclamer.

Pour conclure, plus de 11 000 biens immobiliers abandonnés recherchent toujours leurs propriétaires ou leurs héritiers. Ces biens fantômes vont-ils retrouvés leurs propriétaires ? Affaire à suivre !